Les femmes aussi savent pourquoi!

deliria_jpg

Crédit photo : http://www.delirium.be

Le 25 janvier dernier, la Brasserie Huygues, bien connue pour sa Delirium Tremens, célébrait pour la seconde fois sa Journée de la Bière et de la Femme. Pour l’occasion, 15 femmes venues de Belgique et de l’étranger mettaient la main à la pâte pour brasser la Deliria, une saisonnière dédiée au beau sexe et prête à faire son entrée sur le marché le 8 mars pour la Journée Internationale de la Femme. Une blonde assez forte (8,5%) et avec une franche amertume. Tiens, ça change des bières sucrées, fruitées, très légères, embouteillées en mini-version, et tutti quanti que nous concoctent d’ordinaire les brasseries qui veulent faire plaisir aux femmes. Et puis, après des décennies de marketing sous-entendant que « la bière, c’est pas pour les filles« , cette opération Deliria a tout l’air d’un vent nouveau, le signe que s’opère un changement de mentalité. Est-ce qu’on reconnaîtrait finalement aux femmes le droit et la capacité d’aimer la bière – les bières, devrais-je même dire tant il en existe de différentes et aux saveurs et textures fort variées ?

Egypte - Brasseuse de bière

Brasseuse de bière. Égypte, fin de l’Ancien Empire – Moyen Empire. Bibliographie comparative: J. Vandier, Manuel d’archéologie égyptienne. La statuaire, Paris, 1958, p. 95.

En tous cas, il était temps. Parce que mine de rien, il y a au moins 8 000 ans, ce sont plus que probablement des femmes, dans les cités sumériennes, qui inventèrent la bière. Ensuite, de Sumer à la Gaule, en passant par Babylone et l’Egypte des pharaons, les femmes ont continué à régner sur les brasseries, préparant la divine boisson et rendant le culte à la déesse de la bière qu’on vénérait dans leurs contrées. Au Moyen-âge, l’Eglise essaya bien d’interdire ce travail au sexe faible, considéré comme impur. Mais on n’efface pas des millénaires de tradition si facilement et les femmes continuèrent à diriger des brasseries, jusqu’à aujourd’hui.

Oui, enfin aujourd’hui, soyons honnête, les femmes ne sont plus aussi incontournables en tant que maîtres-brasseuses qu’aux époques antiques et moyenâgeuses. Et après des années de discrétion, à la faveur du renouveau brassicole aux quatre coins de la planète, c’est parmi les défenseurs des bières dites de dégustation qu’elles se font le plus remarquer. En France, les biérologues Elisabeth Pierre, Cécile Delorme-Thomas et Dorothée Van Agt font découvrir à leurs compatriotes des bières magnifiques ainsi que l’art et la manière de les déguster, de les apprécier et de les accompagner ; les biérophiles néerlandophones suivent les billets de la blogueuse néerlandaise Fiona de Lange ou ceux de la journaliste et zythologue belge Sofie Vanrafelghem. Cette dernière a d’ailleurs fait de la réconciliation des femmes avec la bière son cheval de bataille. Et elle a bien raison, puisque c’est fréquemment sur un malentendu que beaucoup de femmes pensent que la bière, c’est pas leur truc. Pourtant, une fois qu’elles se sont adonnées à la dégustation de beaux produits, avec toute la sensibilité de papilles et de nez qui les caractérisent, nombre de ces dames deviennent de vraies amatrices. Après en avoir été la découvreuse, la femme serait-elle l’avenir de la bière ? Au minimum, en offrant une image de l’amateur de bière très éloignée du cliché du footeux buveur de Kro ou du fêtard qui descend des casiers, la femme fait au breuvage houblonné un sacré beau cadeau !

Quelques photos du Vrouwen en Bier Dag organisé par Sofie Vanrafelghem et Malt and Mout à la Maison des Brasseurs de Bruxelles samedi 7 mars 2014 : 

À propos de Nathalie Pinson-Mulder

Française, expat en Belgique depuis 13 années, je ne m’étais pas immédiatement lancée dans la découverte de l’énoooorme patrimoine brassicole de mon pays d’adoption… Disons, seulement un peu… Foin de regrets, depuis deux années maintenant, je rattrape mon retard, tout en suivant quelques soirées par semaine des formations en micro-brasserie et en zythologie. Et puis il n’y a pas que les belges dans la vie : je n’oublie pas les françaises, les danoises, les anglo-saxonnes, les italiennes ou les espagnoles… et les autres non plus J

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivez-moi sur Twitter

Follow Les Apérologues on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :