Visite de la brasserie Parisis

Ce lundi, je me suis rendue sur l’invitation de Fabien et Jonathan à la brasserie Parisis d’Epinay-Sous-Sénart. Depuis que je tiens ce blog, je voyage… Il est vrai qu’Epinay-Sous-Sénart n’est pas à proprement parlé une destination de rêves pour les vacances mais il y a une brasserie alors moi ça me suffit.

Histoire. 

J’ai été accueillie dans leur salle de « pause » avec un petit café. Jonathan m’a expliqué l’histoire de la brasserie. C’est Eric Esnault, ingénieur agronome (ENSAIA Nancy), qui démarre le projet en 2008 avec la création de la bière de l’Yvette, brassée à l’époque à la brasserie Larché à Sens (Thomas Becket), cette bière n’est alors commercialisée que dans la région de l’Yvette (d’où le nom). En 2011, Eric rencontre Jonathan Abergel, ingénieur agronome (Agrocampus-ouest Rennes) qui est brasseur aux 3 Brasseurs de Carré-Sénart après être passé chez Jupiler en qualité d’ingénieur process en optimisation des consommations énergétiques. Il leur faudra 1 an pour « monter » la brasserie Parisis et le 8 août 2012, le premier brassin fermente.

Les bières. 

La particularité de la brasserie Parisis, c’est l’ajout de CO2. En effet, même si les bières sont non filtrées et 100% pur malt, les Parisis ne sont pas refermentées en bouteille. Un choix à contre-courant des tendances actuelles mais qui permet un meilleure cohérence entre le goût en fût et en bouteille et une meilleure « tenue » de la bière (la refermentation bouteille étant plus difficile à maîtriser, il faut le dire).

J’ai goûté :

La blonde (6,5%) : une Parisis Pale Ale en sortie de cuve, dont le nez sur des notes d’agrumes est très marqué (citra) mais avec une amertume bien balancée.

L’Ambrée (6,2%) qui m’a impressionné par son amertume avec une attaque maltée caramélisée assez sèche, je m’attendais à une bière avec plus de rondeur.

La Triple (8%), plus « classique » avec une rondeur typique et une finale subtilement houblonnée.

La Brune de l’Yvette (6,8%), le malt torréfié est bien présent en bouche avec des notes sucrées qui donne une certaine rondeur sans excès, une bière assez soft quand même car on reste sur un taux d’alcool relativement bas pour une brune.

J’attends la printemps avec impatience. Au moment où je vous parle, elle est bien au chaud à la brasserie et devrait être dispo d’ici 2/3 semaines.

Vraiment une belle visite : bonne ambiance, accueil décontracté. Jonathan est un brasseur attentif et passionné, l’équipe jeune et super motivée. J’ai vraiment retrouvé cet état d’esprit typique des brasseries artisanales avec un volonté d’évoluer, d’avancer, d’innover vers de nouvelles saveurs. D’ailleurs, un pico-brasserie est en projet pour permettre des tests sur des recettes encore plus funky!

À propos de Doroley

Co-gérante des 4 magasins Bières Cultes et secrétaire de l'association Bières & Papilles, je m'implique au quotidien et via la Paris Beer Week, à développer une consommation durable et responsable de la bière artisanale et locale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivez-moi sur Twitter

Follow Les Apérologues on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :